À VENIR

DIALOGUE de Musiques FUNÉRAIRES

Ilbrando PIZZETTI, MESSA di REQUIEM

I. Pizzetti, compositeur et musicologue italien né en 1880 et mort en 1968, composa beaucoup de musique pour orchestre , des opéras, de la musique de chambre ainsi que des musiques de film et seulement quelques œuvres de musique sacrée.
Ce requiem fut écrit entre fin octobre 1922 et début janvier1923. (2 mois)
Ildebrando Pizzetti est naturellement attiré par le chant grégorien et la polyphonie des grands maîtres italiens. Son Messa di Requiem est l’un des grands chefs-d’œuvre de la musique chorale moderne non accompagnée, plaçant parfaitement le désespoir et l’espérance de la messe catholique des morts. Inspiré par l’âge d’or de la musique italienne.

Francesco CAVALLI, Missa pro defunctis : SANCTUS

Francesco Cavalli succède à Claudio MONTEVERDI comme maitre de Chapelle de la basilique St Marc à Venise.
Peu de temps avant sa mort, Francesco Cavalli écrit cette Missa pro defunctis qui est un requiem. Œuvre écrite pour deux chœurs à quatre voix et une basse continue.

Son testament stipulait que son propre requiem, qui ne comporte en accompagnement qu’une simple basse continue, devait être jouée deux fois l’année suivant ses funérailles lors de cérémonies commémoratives, une fois à la chapelle ducale de la basilique St Marc, et une autre à l’église San Lorenzo de Venise. Pour l’ensemble de ces dispositions, il lègue une importante somme d’argent à la paroisse de San Lorenzo. Les obsèques de Cavalli ont eu lieu à l’église San Lorenzo, au son du requiem de Monferrato.

Claudio MONTEVERDI :
SESTINA, Lagrime d’amante al sepolcro d’amata
– 2 autres madrigaux: SPERNIT DEUS QUI LAUDES TUAS CANTAT

SESTINA est ce qui reste d’un opéra perdu l »ARIANA ». Ce sont six madrigaux qui compte parmi les grandes œuvres de Claudio Monteverdi.
La sextine « Larmes d’amoureux sur le tombeau de l’aimée » a été écrite en mémoire de la jeune cantatrice Caterina Martinelli (Rome 1590, Mantoue, 1608). Venue à la cour de Mantoue à 13 ans, elle avait été l’élève de Monteverdi. Elle mourut de la petite vérole alors qu’elle se préparait à interpréter l’opéra l’Ariana. Le berger Glaucus pourrait représenter le duc Vincent Gonzague, qui fit installer la pierre tombale de la défunte dans l’église del Carmine à Mantoue.

 

 

 

 

Laisser un commentaire